Nouveautés

samedi 16 juin 2012

Entretien avec un vampire : Westley D. Northman

Au grès de mes pérégrinations dans une ancienne bibliothèque, caché dans un grimoire, j'ai déniché des choses sur un certain Westley D. Northman. Mais qui est-il? 
Pour en découvrir plus sur lui, vous pouvez vous plonger dans la lecture de ce qui suit. 


Comment se porte ton premier tome « Selena Rosa - La marche vers l’inconnu » avec la réédition chez Valentina ? 



D’après les ventes, je dirais qu’il se porte à merveilles ! L’auto édition s’était très bien vendue et la version Valentina se vend très bien aussi. J’ai largement dépassé les chiffres que je pensais. Et ça continue toujours, donc c’est très positif pour moi. En plus, les avis sont tous vraiment très positifs, alors je ne peux qu’être ravi ! Les critiques qui étaient revenue pour la version auto éditée (les quelques tournures de phrases et les fautes qui restaient) ont disparues grâce au travail de ma correctrice. Donc je suis vraiment fier de cette nouvelle édition de Selena. 

La sortie de ton tome 2 de Selena Rosa approche, que représente-t-il pour toi ?



Oula. Je crois que c’est la question la plus importante de toutes celles qui pourraient être posées durant la promotion du second opus. Parce que ce roman est encore bien plus « important » que le premier. Selena 1, comme je l’appelle, est mon bébé. Il m’a fallu près de 4 ans pour le boucler car j’ai passé des années à penser et façonner mon univers. Cependant, l’écriture s’est vite réglée puisqu’en 3 mois je l’avais écrit. C’est très différent pour le second tome puisque je l’ai commencé pendant que mes beta-lectrices lisaient le premier. Immédiatement après la fin du premier, j’ai tenté de voir pour la suite. Puis je l’ai mis en pause quand j’ai du retravailler le premier, puis je l’ai repris, et ré-arrêté et repris. Bref, pendant plusieurs mois ce fut assez un yoyo. Puis lorsque j’ai tenté l’auto-édition, je me suis remis à l’écrire. Et là, misère ! Je crois que ce second tome a été comme un accouchement. J’ai eu terriblement mal mais le résultat est vraiment fascinant. J’ai mis beaucoup de douleurs et de souffrance dans ce second opus. J’y ai encore une fois déchargé toutes mes peines et j’ai fait subir à mes personnages milles tourments. Je sais que je vais me faire étriper (ma correctrice l’a fait déjà lol), mais j’avais besoin d’écrire ce tome comme cela. Je le trouve sombre, vraiment plus sombre que le précèdent. Pourtant, il y a toujours une petite lueur d’espoir qui brille dans un coin de l’action. Pas une porte de sortie, car la Destinée de Selena est toute tracée, mais quand même. Comme si à chaque instant, elle aurait pu décider de partir à contre-sens de mon plan et de faire un pied de nez à ce que j’avais prévu…. C’est possible, elle m’a fait le coup pour le premier.
Donc pour enfin répondre à la question, je dirais que ce second tome représente un véritable défi pour moi. Il me fallait me séparer de certains pour en amener d’autres et faire du mal à des personnages que j’aimais. Vous verrez, vous me direz !

Te sens tu plus stressé que pour la sortie du tome précédent ?


Stressé ? Non !
Je suis paniqué ! Bien entendu, comme je l’ai dit, je tiens beaucoup à ce second tome. Je dirais même que c’est sans doute mon préféré des deux. Alors j’ai peur de m’être raté, même si mes beta et ma correctrice m’affirment que non. Je les crois, mais le lecteur me confirmera qu’il l’a apprécié ou non. (Appréciez le hein !)

Si tu devais mettre en avant une phrase ou un passage de ce tome, laquelle ou lequel choisirais-tu ?  (sans spoiler bien entendu)


« Soudainement, l’Enfer se déchaîna sur la Terre. »
Parce que c’est la phrase qui, d’après moi, fait basculer le roman dans une seconde partie presque invisible. A ce moment-là de l’écriture, je savais que ce qui allait suivre ne serait que ténèbres.

Une petite anecdote sur ton travail d’écriture pour le tome 2 ?


Que dire si ce n’est que ça doit être le roman qui m’a le plus fait pleurer ? J’ai commencé à l’écrire après la fin du premier puis je l’ai « abandonné » longuement. Quand il a fallu le reprendre, cela n’a pas été facile. Mais j’étais motivé par l’attente de mes lecteurs. C’est sans doute grâce à eux (et elles… elles se reconnaîtront sûrement !) que j’ai pu terminer ce roman.

Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?


Je vous conseille la piste 24 « Voldemort’s End » de la Bande Originale du dernier film ‘Harry Potter et les Reliques de la Mort’. J’ai longuement écouté cette musique pour l’écriture de ce roman et en particulier la scène finale. J’ai VU la scène se dérouler devant mes yeux plusieurs mois avant d’en arriver à cet instant. C’est cette musique qui m’a fait comprendre que je ne pourrais pas échapper à la fin de « Selena Rosa - la marche pour la Paix ».

Quand t’es-tu décidé à passer de l’écriture pour toi à l’envie de partager ton écriture et tes histoires avec des lecteurs ?


Très tard ! En fait, pour moi, l’écriture était un exutoire. Seulement un exutoire. Je ne songeai pas du tout à écrire pour faire découvrir mon univers à d’autre. Puis j’ai tenté les fanfictions sur les forums et sites du genre. J’ai trouvé un public accueillant alors j’ai persévéré.
Même lorsque j’ai commencé ENFIN le projet qu’est Selena aujourd’hui, je n’avais pas pour objectif de publier quoique ce soit. J’étais, à cette époque, quelqu’un de très tête en l’air. Des idées et des projets plein la tête. J’étais INCAPABLE de me poser et de travailler un seul et unique roman. Puis Jessica, une amie chère à mon cœur, m’a aidé. Elle m’a aidé à me canaliser sur un seul et j’ai imaginé plus en détails l’une de mes idées qui était déjà un roman depuis longtemps dans mon esprit. Alors j’ai utilisé le monde que j’avais déjà à ma disposition et j’y ai ajouté mon héroïne et sa vie. Cela a donné une petite histoire sans prétention.
Enfin, j’ai eu envie de pousser le vice plus en avant et j’ai tenté LE roman. Quelle aventure ! Mes murs étaient tapissés de plans, de chronologies, de dessins et croquis de robes et tenues diverses. En trois mois, j’avais écrit l’intégralité du roman. J’avais un emploi du temps très souple à cette époque et j’ai pu y consacré toutes mes nuits (de 21h à 7h du matin) et ce fut un jeu d’enfant.
Mais même à ce moment-là, je n’avais pas pensé un seul instant que cela finirait dans les bibliothèques de lectrices et lecteurs que je ne connaissais pas. Durant la phase d’écriture, j’ai été soutenu par trois amies : Jessica donc, Véronique et Aurélie. Elles ont été toute désignées pour lire mon roman et m’aider à le retravailler. C’était dans un but de construction, pour m’aider et m’améliorer. Encore là, je ne voulais pas publier. Ma coloc et amie s’y ai mise aussi et « Selena Rosa - la marche vers l’inconnu » a remporté un succès que je n’aurais imaginé. J’étais aux anges.
Et là, facebook a fait son entrée. J’ai rencontré un petit groupe de copinautes adorables qui m’ont poussé à faire connaître mon univers et quand j’ai eu l’idée de l’auto-édition, m’ont soutenu au-delà de toute espérance. Selena Rosa arrivait dans les bibliothèques dans laquelle elle continue de vivre… sans moi.

Tu es plutôt à suivre le vent de l'inspiration ou bien t'imposes-tu certaines règles pour avancer dans l’écriture d’un roman (minimum de lignes quotidienne, d'heures de travail, etc...) ?


Je ne m’impose rien. Je suis incapable d’écrire sur commande. Il m’arrive très souvent (hier par exemple), de me relever à trois heures du matin et d’allumer Word. Et me voilà parti pour écrire quelques pages. Des fois, il s’agit de quelques lignes, mais j’en ai besoin. Des fois, je me dis « bon ben ce soir on va écrire ! » et je n’écris rien. Et de temps en temps, poussé par mon désir j’écris des pages et des pages. C’est en fonction de l’inspiration… et du temps. J’ai passé plus d’un an et demi sur l’écriture du tome 2 contre 3 mois pour le premier… ça s’explique pour deux raisons. La première, une écriture émotionnellement difficile. La seconde, et la plus importante : un manque de temps libre.

Quels sont tes plus beaux souvenirs dans le milieu de l’édition ?


J’en ai beaucoup ! Le premier c’est lors de l’annonce de la sortie du premier tome en auto-édition. J’avais créé une petite affiche que j’avais publié sur ma page facebook. En quelques heures on la trouvait partout sur facebook. J’étais aux anges. Toutes les pages qui me suivaient avaient relayé l’information.
Ensuite, le plus intense fut le jour où j’ai tenu pour la première fois mon roman dans mes mains. J’en ai pleuré.

Quels sont tes plus beaux souvenirs dans le milieu de la littérature ?


Les heures passées à attendre les sorties des tomes d’Harry Potter. Pour le dernier, mon Virgin ouvrait à 7h du matin. J’ai du me lever à 5h, prendre le métro à pas d’heure et me geler pendant une heure pour avoir mon précieux sésame. Je me suis ensuite camouflé dans un coin près de mon arrêt de bus et j’ai commencé ma lecture… que j’ai continuée en cachette en cours… Ah la période « Harry Potter » restera la meilleure ! Ma vie à cette époque là était très différente et très difficile, je me suis longtemps réfugié dans ces romans pour oublier ma vie … pourrie. J’étais coupé du monde et de ma vie familiale. Et je crois honnêtement que ces bouquins m’ont sauvé la vie.

Y a-t-il des personnes dont le soutien a été particulièrement marquant dans ton parcours ?


Oui, comme je l’ai dit tout à l’heure. Véronique, Jessica et Aurélie ont été des personnes décisives dans mon parcours d’auteur. J’aimerais les remercier à leur juste valeur… Mon amie Julie aussi a été très importante à ce niveau, car elle a supporté mes heures de solitude forcée à écrire, elle n’a jamais râlé à m’entendre taper sur mes touches de clavier alors qu’elle regardait la télé juste à côté. Elle m’a aidé lorsque j’étais bloqué. Et puis, depuis une petite année il y a Audrey qui a découvert mon univers comme les autres, lors de l’auto-édition et qui depuis me suit de près. Elle m’aide beaucoup et me conseille souvent.

Excepté le plaisir de la lecture, qu'est-ce que tu aimerais que le lecteur retienne de tes livres ?


Je ne sais pas si j’écris pour que l’on retienne quelque chose. Mais s’il y avait deux trois choses à garder à l’esprit après avoir découvert mon univers et mon parcours c’est qu’il faut toujours garder espoir. On peut se retrouver très bas, on peut avoir l’impression qu’on touche littéralement le fond, on peut toujours remonter la pente et reprendre goût à la vie. La vie peut-être une vraie chienne. Mais ça vaut le coup. C’est pourquoi cette notion d’espoir me tient à cœur dans mes romans. Où irions-nous sans cela ?
Dans une interview pour un journal, on m’a comparé à un Phénix car je renais toujours de mes cendres. Je trouve l’image très belle et je trouve que ça symbolise vraiment ce que je suis. Je voudrais que mes lecteurs puissent se dire « ok. Rien ne va en ce moment, mais demain ça ira mieux. Demain. »
Je ne veux pas donner de leçon, je veux juste que l’on n’oublie pas que rien n’est joué d’avance. Selena était certaine de finir sa vie en tant que psychologue pour enfants ? Regardez où elle est maintenant et si vous saviez vers quoi elle va … 


Qu’est ce qui te plaît le plus dans les rencontres avec tes lecteurs ? Et que t’apportent-elles ?


A l’occasion du salon du livre 2012, j’ai eu l’occasion de rencontrer des lectrices qui me suivaient depuis l’auto édition, c'est-à-dire depuis une bonne année. J’ai  vraiment apprécié ces rencontres. On m’a un petit peu questionné sur la suite et sur mon univers, c’était agréable.
Ce qu’elles m’apportent ? Du courage ! Le courage de continuer à écrire non plus seulement pour moi, mais aussi pour eux.

Tu entretiens un blog assez actif, qu'est-ce qui t'a amené à le créer ?


Je suis un lecteur avant tout. Je lis quand je n’écris pas, et je fais tout simplement partager mes plaisirs de lecture. Sans prétention.
Je l’ai créé suite à ma démission du poste d’administrateur sur un forum de lecture que j’avais créé avec une amie. J’avais envie d’un lieu plus personnel.

Comment partages-tu ton temps entre ton métier d’éditeur et celui d’auteur et tout ce que tu fais à côté (blog, …)?


Je peine. J’ai un boulot officiel qui me prend du temps déjà. Mais il est nécessaire pour payer le loyer et les factures qui elles, ne m’attendent pas pour tomber. Et puis il faut du temps pour lire, car je suis avant tout lecteur comme je l’ai dit. Donc je tiens un petit blog sans prétention où je garde une trace. Ensuite je suis éditeur chez Valentina Editions, c’est ce qui me demande le plus de temps. Car les auteurs ont besoin d’attention, les romans aussi, et les lecteurs également. Heureusement, je ne suis pas seule pour gérer cela. J’ai une assistance : Audrey, qui fait du super boulot, mon associée Julie, m’aide beaucoup aussi  et mon comité de lecture, et les correctrices font un bon boulot aussi.


Quelle question qui ne t’a jamais été demandée aimerais-tu qu’on te pose ? Répond à cette question.


On ne m’a jamais demandé «  De quel personnage es-tu le plus proche ? ». J’avoue que c’est une question qui fait réfléchir.
J’ai mis un peu de moi, dans tous les personnages.
C’est pourquoi, c’est difficile de répondre à cette question. J’aimerais dire que je suis le plus proche d’Isabel, mais ce serait un mensonge, elle est forte et courageuse. J’aimerais dire que je suis proche de Selena, mais là encore, ce serait mentir. Elle est prête à se sacrifier pour les autres, elle fait ainsi passer sa mission avant tout le reste. Je ne suis pas comme ça.
C’est un peu stupide peut-être mais le personnage dans lequel je me vois le plus c’est Idrina Stevens, la Grande Prêtresse par intérim du Coven d’Oviedo. C’est un personnage secondaire (voire tertiaire) en qui j’ai mis le plus de ma personnalité. Elle est capable de laisser sa place à Selena dès que cette dernière découvre la vérité, elle est gentille, pédagogue, ouverte et tolérante. Elle a une famille, mais considère Selena comme sa fille, elle a le cœur sur la main.
Idrina n’est pas mon personnage préféré, mais c’est elle qui me ressemble le plus.

Quels sont tes projets à venir ?


Il y a quelques temps, les lecteurs ont pu découvrir un nouveau projet que j’ai dévoilé.
Il faut savoir que je foisonne carrément de projets. Tout ceux que j’ai du mettre en standby il y a 5 ans quand je me suis mis à penser au monde de Selena et toutes les idées que j’ai eu depuis. J’ai de quoi écrire toute ma vie je pense.
Mais je dois faire des priorités. C’est pourquoi en parallèle de l’écriture de « Raïza Bellica - l’appel de la Banshee » (le tome 3 des Mémoires du Dernier Cycle) je me suis lancé dans l’écriture d’un roman unique fantasy intitulé « Le Zephir » où il est question de « dieux », plus exactement de divinités. Je m’amuse beaucoup à créer un nouveau monde avec mes propres règles. Ce ne sera pas un gros pavé mais ce sera une histoire que j’espère nouvelle.
Ensuite, j’ai un roman unique aussi qui est prévu sur le thème des fantômes qui devrait voir le jour après « le Zephir », une trilogie fantasy également où il sera question de monarchie principalement et de guerres, j’ai également un projet de « bit-lit » à la sauce masculine ! Ce ne sera donc pas de la bit-lit lol, mais un roman sur les vampires du point de vue d’un homme, membre d’une caste de chasseur de vampires. L’écriture a commencé mais est en pause le temps que j’écrive « le Zephir ».
Et puis je suis en train de réécrire totalement « La Force Humaine » pour bel et bien le sortir en 2013.

J’aime me donner des challenges, c’est pourquoi je veux tenter plein de styles différents et voir dans quoi je suis bon et dans quoi je ne suis pas bon. J’espère que mes lecteurs apprécieront le panel de mes romans. 

Quelques liens où vous pouvez le trouver : 
Le site de Westley D. Northman c'est par  et la page facebook par ici
La page des Mémoires du dernier cycle c'est par ici
Pour découvrir Le Zephir, c'est par
Pour découvrir le site des éditions Valentina c'est par ici et pour faire un tour sur la boutique des éditions c'est par ici


Je remercie Westley d'avoir accepté et pris le temps de répondre à mes questions. 
J'espère que cette interview vous aura plu. N'hésitez pas à laisser des commentaires. 


4 commentaires:

  1. Superbe interview !
    Félicitation à l'auteur, mais aussi à toi, Lilou !
    (J'adore le parchemin d'entrée XD Très joli :D)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Je suis contente que ça te plaise :)
      Et je voulais un truc sympa et par hasard je suis tombée sur des parchemins et celui là m'a plu :)

      Supprimer
  2. Sympa cette interview ! Que vous êtes bavard lol
    En tout cas c'est cool on en apprend plus sur Mr Northman =)

    RépondreSupprimer

Social Icons

Featured Posts

Social Icons

Entretien avec un vampire : Westley D. Northman

Au grès de mes pérégrinations dans une ancienne bibliothèque, caché dans un grimoire, j'ai déniché des choses sur un certain Westley D. Northman. Mais qui est-il? 
Pour en découvrir plus sur lui, vous pouvez vous plonger dans la lecture de ce qui suit. 


Comment se porte ton premier tome « Selena Rosa - La marche vers l’inconnu » avec la réédition chez Valentina ? 



D’après les ventes, je dirais qu’il se porte à merveilles ! L’auto édition s’était très bien vendue et la version Valentina se vend très bien aussi. J’ai largement dépassé les chiffres que je pensais. Et ça continue toujours, donc c’est très positif pour moi. En plus, les avis sont tous vraiment très positifs, alors je ne peux qu’être ravi ! Les critiques qui étaient revenue pour la version auto éditée (les quelques tournures de phrases et les fautes qui restaient) ont disparues grâce au travail de ma correctrice. Donc je suis vraiment fier de cette nouvelle édition de Selena. 

La sortie de ton tome 2 de Selena Rosa approche, que représente-t-il pour toi ?



Oula. Je crois que c’est la question la plus importante de toutes celles qui pourraient être posées durant la promotion du second opus. Parce que ce roman est encore bien plus « important » que le premier. Selena 1, comme je l’appelle, est mon bébé. Il m’a fallu près de 4 ans pour le boucler car j’ai passé des années à penser et façonner mon univers. Cependant, l’écriture s’est vite réglée puisqu’en 3 mois je l’avais écrit. C’est très différent pour le second tome puisque je l’ai commencé pendant que mes beta-lectrices lisaient le premier. Immédiatement après la fin du premier, j’ai tenté de voir pour la suite. Puis je l’ai mis en pause quand j’ai du retravailler le premier, puis je l’ai repris, et ré-arrêté et repris. Bref, pendant plusieurs mois ce fut assez un yoyo. Puis lorsque j’ai tenté l’auto-édition, je me suis remis à l’écrire. Et là, misère ! Je crois que ce second tome a été comme un accouchement. J’ai eu terriblement mal mais le résultat est vraiment fascinant. J’ai mis beaucoup de douleurs et de souffrance dans ce second opus. J’y ai encore une fois déchargé toutes mes peines et j’ai fait subir à mes personnages milles tourments. Je sais que je vais me faire étriper (ma correctrice l’a fait déjà lol), mais j’avais besoin d’écrire ce tome comme cela. Je le trouve sombre, vraiment plus sombre que le précèdent. Pourtant, il y a toujours une petite lueur d’espoir qui brille dans un coin de l’action. Pas une porte de sortie, car la Destinée de Selena est toute tracée, mais quand même. Comme si à chaque instant, elle aurait pu décider de partir à contre-sens de mon plan et de faire un pied de nez à ce que j’avais prévu…. C’est possible, elle m’a fait le coup pour le premier.
Donc pour enfin répondre à la question, je dirais que ce second tome représente un véritable défi pour moi. Il me fallait me séparer de certains pour en amener d’autres et faire du mal à des personnages que j’aimais. Vous verrez, vous me direz !

Te sens tu plus stressé que pour la sortie du tome précédent ?


Stressé ? Non !
Je suis paniqué ! Bien entendu, comme je l’ai dit, je tiens beaucoup à ce second tome. Je dirais même que c’est sans doute mon préféré des deux. Alors j’ai peur de m’être raté, même si mes beta et ma correctrice m’affirment que non. Je les crois, mais le lecteur me confirmera qu’il l’a apprécié ou non. (Appréciez le hein !)

Si tu devais mettre en avant une phrase ou un passage de ce tome, laquelle ou lequel choisirais-tu ?  (sans spoiler bien entendu)


« Soudainement, l’Enfer se déchaîna sur la Terre. »
Parce que c’est la phrase qui, d’après moi, fait basculer le roman dans une seconde partie presque invisible. A ce moment-là de l’écriture, je savais que ce qui allait suivre ne serait que ténèbres.

Une petite anecdote sur ton travail d’écriture pour le tome 2 ?


Que dire si ce n’est que ça doit être le roman qui m’a le plus fait pleurer ? J’ai commencé à l’écrire après la fin du premier puis je l’ai « abandonné » longuement. Quand il a fallu le reprendre, cela n’a pas été facile. Mais j’étais motivé par l’attente de mes lecteurs. C’est sans doute grâce à eux (et elles… elles se reconnaîtront sûrement !) que j’ai pu terminer ce roman.

Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?


Je vous conseille la piste 24 « Voldemort’s End » de la Bande Originale du dernier film ‘Harry Potter et les Reliques de la Mort’. J’ai longuement écouté cette musique pour l’écriture de ce roman et en particulier la scène finale. J’ai VU la scène se dérouler devant mes yeux plusieurs mois avant d’en arriver à cet instant. C’est cette musique qui m’a fait comprendre que je ne pourrais pas échapper à la fin de « Selena Rosa - la marche pour la Paix ».

Quand t’es-tu décidé à passer de l’écriture pour toi à l’envie de partager ton écriture et tes histoires avec des lecteurs ?


Très tard ! En fait, pour moi, l’écriture était un exutoire. Seulement un exutoire. Je ne songeai pas du tout à écrire pour faire découvrir mon univers à d’autre. Puis j’ai tenté les fanfictions sur les forums et sites du genre. J’ai trouvé un public accueillant alors j’ai persévéré.
Même lorsque j’ai commencé ENFIN le projet qu’est Selena aujourd’hui, je n’avais pas pour objectif de publier quoique ce soit. J’étais, à cette époque, quelqu’un de très tête en l’air. Des idées et des projets plein la tête. J’étais INCAPABLE de me poser et de travailler un seul et unique roman. Puis Jessica, une amie chère à mon cœur, m’a aidé. Elle m’a aidé à me canaliser sur un seul et j’ai imaginé plus en détails l’une de mes idées qui était déjà un roman depuis longtemps dans mon esprit. Alors j’ai utilisé le monde que j’avais déjà à ma disposition et j’y ai ajouté mon héroïne et sa vie. Cela a donné une petite histoire sans prétention.
Enfin, j’ai eu envie de pousser le vice plus en avant et j’ai tenté LE roman. Quelle aventure ! Mes murs étaient tapissés de plans, de chronologies, de dessins et croquis de robes et tenues diverses. En trois mois, j’avais écrit l’intégralité du roman. J’avais un emploi du temps très souple à cette époque et j’ai pu y consacré toutes mes nuits (de 21h à 7h du matin) et ce fut un jeu d’enfant.
Mais même à ce moment-là, je n’avais pas pensé un seul instant que cela finirait dans les bibliothèques de lectrices et lecteurs que je ne connaissais pas. Durant la phase d’écriture, j’ai été soutenu par trois amies : Jessica donc, Véronique et Aurélie. Elles ont été toute désignées pour lire mon roman et m’aider à le retravailler. C’était dans un but de construction, pour m’aider et m’améliorer. Encore là, je ne voulais pas publier. Ma coloc et amie s’y ai mise aussi et « Selena Rosa - la marche vers l’inconnu » a remporté un succès que je n’aurais imaginé. J’étais aux anges.
Et là, facebook a fait son entrée. J’ai rencontré un petit groupe de copinautes adorables qui m’ont poussé à faire connaître mon univers et quand j’ai eu l’idée de l’auto-édition, m’ont soutenu au-delà de toute espérance. Selena Rosa arrivait dans les bibliothèques dans laquelle elle continue de vivre… sans moi.

Tu es plutôt à suivre le vent de l'inspiration ou bien t'imposes-tu certaines règles pour avancer dans l’écriture d’un roman (minimum de lignes quotidienne, d'heures de travail, etc...) ?


Je ne m’impose rien. Je suis incapable d’écrire sur commande. Il m’arrive très souvent (hier par exemple), de me relever à trois heures du matin et d’allumer Word. Et me voilà parti pour écrire quelques pages. Des fois, il s’agit de quelques lignes, mais j’en ai besoin. Des fois, je me dis « bon ben ce soir on va écrire ! » et je n’écris rien. Et de temps en temps, poussé par mon désir j’écris des pages et des pages. C’est en fonction de l’inspiration… et du temps. J’ai passé plus d’un an et demi sur l’écriture du tome 2 contre 3 mois pour le premier… ça s’explique pour deux raisons. La première, une écriture émotionnellement difficile. La seconde, et la plus importante : un manque de temps libre.

Quels sont tes plus beaux souvenirs dans le milieu de l’édition ?


J’en ai beaucoup ! Le premier c’est lors de l’annonce de la sortie du premier tome en auto-édition. J’avais créé une petite affiche que j’avais publié sur ma page facebook. En quelques heures on la trouvait partout sur facebook. J’étais aux anges. Toutes les pages qui me suivaient avaient relayé l’information.
Ensuite, le plus intense fut le jour où j’ai tenu pour la première fois mon roman dans mes mains. J’en ai pleuré.

Quels sont tes plus beaux souvenirs dans le milieu de la littérature ?


Les heures passées à attendre les sorties des tomes d’Harry Potter. Pour le dernier, mon Virgin ouvrait à 7h du matin. J’ai du me lever à 5h, prendre le métro à pas d’heure et me geler pendant une heure pour avoir mon précieux sésame. Je me suis ensuite camouflé dans un coin près de mon arrêt de bus et j’ai commencé ma lecture… que j’ai continuée en cachette en cours… Ah la période « Harry Potter » restera la meilleure ! Ma vie à cette époque là était très différente et très difficile, je me suis longtemps réfugié dans ces romans pour oublier ma vie … pourrie. J’étais coupé du monde et de ma vie familiale. Et je crois honnêtement que ces bouquins m’ont sauvé la vie.

Y a-t-il des personnes dont le soutien a été particulièrement marquant dans ton parcours ?


Oui, comme je l’ai dit tout à l’heure. Véronique, Jessica et Aurélie ont été des personnes décisives dans mon parcours d’auteur. J’aimerais les remercier à leur juste valeur… Mon amie Julie aussi a été très importante à ce niveau, car elle a supporté mes heures de solitude forcée à écrire, elle n’a jamais râlé à m’entendre taper sur mes touches de clavier alors qu’elle regardait la télé juste à côté. Elle m’a aidé lorsque j’étais bloqué. Et puis, depuis une petite année il y a Audrey qui a découvert mon univers comme les autres, lors de l’auto-édition et qui depuis me suit de près. Elle m’aide beaucoup et me conseille souvent.

Excepté le plaisir de la lecture, qu'est-ce que tu aimerais que le lecteur retienne de tes livres ?


Je ne sais pas si j’écris pour que l’on retienne quelque chose. Mais s’il y avait deux trois choses à garder à l’esprit après avoir découvert mon univers et mon parcours c’est qu’il faut toujours garder espoir. On peut se retrouver très bas, on peut avoir l’impression qu’on touche littéralement le fond, on peut toujours remonter la pente et reprendre goût à la vie. La vie peut-être une vraie chienne. Mais ça vaut le coup. C’est pourquoi cette notion d’espoir me tient à cœur dans mes romans. Où irions-nous sans cela ?
Dans une interview pour un journal, on m’a comparé à un Phénix car je renais toujours de mes cendres. Je trouve l’image très belle et je trouve que ça symbolise vraiment ce que je suis. Je voudrais que mes lecteurs puissent se dire « ok. Rien ne va en ce moment, mais demain ça ira mieux. Demain. »
Je ne veux pas donner de leçon, je veux juste que l’on n’oublie pas que rien n’est joué d’avance. Selena était certaine de finir sa vie en tant que psychologue pour enfants ? Regardez où elle est maintenant et si vous saviez vers quoi elle va … 


Qu’est ce qui te plaît le plus dans les rencontres avec tes lecteurs ? Et que t’apportent-elles ?


A l’occasion du salon du livre 2012, j’ai eu l’occasion de rencontrer des lectrices qui me suivaient depuis l’auto édition, c'est-à-dire depuis une bonne année. J’ai  vraiment apprécié ces rencontres. On m’a un petit peu questionné sur la suite et sur mon univers, c’était agréable.
Ce qu’elles m’apportent ? Du courage ! Le courage de continuer à écrire non plus seulement pour moi, mais aussi pour eux.

Tu entretiens un blog assez actif, qu'est-ce qui t'a amené à le créer ?


Je suis un lecteur avant tout. Je lis quand je n’écris pas, et je fais tout simplement partager mes plaisirs de lecture. Sans prétention.
Je l’ai créé suite à ma démission du poste d’administrateur sur un forum de lecture que j’avais créé avec une amie. J’avais envie d’un lieu plus personnel.

Comment partages-tu ton temps entre ton métier d’éditeur et celui d’auteur et tout ce que tu fais à côté (blog, …)?


Je peine. J’ai un boulot officiel qui me prend du temps déjà. Mais il est nécessaire pour payer le loyer et les factures qui elles, ne m’attendent pas pour tomber. Et puis il faut du temps pour lire, car je suis avant tout lecteur comme je l’ai dit. Donc je tiens un petit blog sans prétention où je garde une trace. Ensuite je suis éditeur chez Valentina Editions, c’est ce qui me demande le plus de temps. Car les auteurs ont besoin d’attention, les romans aussi, et les lecteurs également. Heureusement, je ne suis pas seule pour gérer cela. J’ai une assistance : Audrey, qui fait du super boulot, mon associée Julie, m’aide beaucoup aussi  et mon comité de lecture, et les correctrices font un bon boulot aussi.


Quelle question qui ne t’a jamais été demandée aimerais-tu qu’on te pose ? Répond à cette question.


On ne m’a jamais demandé «  De quel personnage es-tu le plus proche ? ». J’avoue que c’est une question qui fait réfléchir.
J’ai mis un peu de moi, dans tous les personnages.
C’est pourquoi, c’est difficile de répondre à cette question. J’aimerais dire que je suis le plus proche d’Isabel, mais ce serait un mensonge, elle est forte et courageuse. J’aimerais dire que je suis proche de Selena, mais là encore, ce serait mentir. Elle est prête à se sacrifier pour les autres, elle fait ainsi passer sa mission avant tout le reste. Je ne suis pas comme ça.
C’est un peu stupide peut-être mais le personnage dans lequel je me vois le plus c’est Idrina Stevens, la Grande Prêtresse par intérim du Coven d’Oviedo. C’est un personnage secondaire (voire tertiaire) en qui j’ai mis le plus de ma personnalité. Elle est capable de laisser sa place à Selena dès que cette dernière découvre la vérité, elle est gentille, pédagogue, ouverte et tolérante. Elle a une famille, mais considère Selena comme sa fille, elle a le cœur sur la main.
Idrina n’est pas mon personnage préféré, mais c’est elle qui me ressemble le plus.

Quels sont tes projets à venir ?


Il y a quelques temps, les lecteurs ont pu découvrir un nouveau projet que j’ai dévoilé.
Il faut savoir que je foisonne carrément de projets. Tout ceux que j’ai du mettre en standby il y a 5 ans quand je me suis mis à penser au monde de Selena et toutes les idées que j’ai eu depuis. J’ai de quoi écrire toute ma vie je pense.
Mais je dois faire des priorités. C’est pourquoi en parallèle de l’écriture de « Raïza Bellica - l’appel de la Banshee » (le tome 3 des Mémoires du Dernier Cycle) je me suis lancé dans l’écriture d’un roman unique fantasy intitulé « Le Zephir » où il est question de « dieux », plus exactement de divinités. Je m’amuse beaucoup à créer un nouveau monde avec mes propres règles. Ce ne sera pas un gros pavé mais ce sera une histoire que j’espère nouvelle.
Ensuite, j’ai un roman unique aussi qui est prévu sur le thème des fantômes qui devrait voir le jour après « le Zephir », une trilogie fantasy également où il sera question de monarchie principalement et de guerres, j’ai également un projet de « bit-lit » à la sauce masculine ! Ce ne sera donc pas de la bit-lit lol, mais un roman sur les vampires du point de vue d’un homme, membre d’une caste de chasseur de vampires. L’écriture a commencé mais est en pause le temps que j’écrive « le Zephir ».
Et puis je suis en train de réécrire totalement « La Force Humaine » pour bel et bien le sortir en 2013.

J’aime me donner des challenges, c’est pourquoi je veux tenter plein de styles différents et voir dans quoi je suis bon et dans quoi je ne suis pas bon. J’espère que mes lecteurs apprécieront le panel de mes romans. 

Quelques liens où vous pouvez le trouver : 
Le site de Westley D. Northman c'est par  et la page facebook par ici
La page des Mémoires du dernier cycle c'est par ici
Pour découvrir Le Zephir, c'est par
Pour découvrir le site des éditions Valentina c'est par ici et pour faire un tour sur la boutique des éditions c'est par ici


Je remercie Westley d'avoir accepté et pris le temps de répondre à mes questions. 
J'espère que cette interview vous aura plu. N'hésitez pas à laisser des commentaires. 


4 commentaires:

Kate Callahan a dit…

Superbe interview !
Félicitation à l'auteur, mais aussi à toi, Lilou !
(J'adore le parchemin d'entrée XD Très joli :D)

Lilou a dit…

Merci. Je suis contente que ça te plaise :)
Et je voulais un truc sympa et par hasard je suis tombée sur des parchemins et celui là m'a plu :)

Nennia a dit…

Sympa cette interview ! Que vous êtes bavard lol
En tout cas c'est cool on en apprend plus sur Mr Northman =)

Lilou a dit…

C'est lui qui est bavard :)

Enregistrer un commentaire

About